French Arabic Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Czech English German Greek Hebrew Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Polish Portuguese Russian Spanish Swedish Thai Turkish Ukrainian

 

Les nombres entiers font immédiatement penser à la suite 1,2,3,4,5,...

 

Une suite que tout élève va apprendre à dire, à écrire, à utiliser:

  • non seulement pour répondre à la question fatidique:  "combien ? " mais
  • surtout pour résoudre des problèmes.

 

La numération écrite et la numération orale expliquent une progression sur ces nombres.

Au cycle 1, l'apprentissage des nombres est construit en résolvant un "problème d'équipotence" du type: "aller chercher juste ce qu'il faut de chapeaux pour mettre sur la tête de tous les bonhommes qui sont là."

Les pratiques de comptage sont privilégiées et on construit la notion de nombre ordinal.

Un élève se construit certes des connaissances, mais évidemment celà créer aussi une difficulté, car cet élève aura du mal à abandonner des résolutions fastidieuses s'appuyant sur le comptage pour des procédures plus légères relevant du calcul.

Au cycle 2, il est attendu une disponibilité de choix parmi les représentations d'un nombre entier pour apprendre à résoudre d'autres problèmes que ceux de dénombrement.

Remarque: Un élève de cycle 2 doit pouvoir dénombrer une collection un peu nombreuse sans avoir à compter au-delà de dix.

 

Au cycle 3, un élève doit connaître de nouvelles règles de numération orale, qui permettent de lire les "grands nombres".