French Arabic Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Czech English German Greek Hebrew Indonesian Italian Japanese Korean Latvian Polish Portuguese Russian Spanish Swedish Thai Turkish Ukrainian

Utilisez, si besoin est, l'ascenceur pour accéder aux boutons nécessaires au bon déroulement de l'animation, en fin d'article.

Dès la section de petits, un problème d'équipotence peut être mis en place, sans que la notion classique de nombre soit convoquée. Ce qui compte c'est de faire comprendre aux élèves qu'un seul déplacement est possible pour aller chercher des chapeaux à mettre sur toutes les poupées...

La quantité de poupées importe peu, ce n'est pas cela qui compte, l'animation qui suit explique le problème qui bien sûr doit être aménagé en fonction des élèves.

 

Un nombre n'apparaît pas immédiatement comme une écriture chiffrée. Un nombre apparaît souvent comme un mot de la suite des mots-nombres. Certes la file des mots-nombres est à faire acquérir mais nous n'avons pas pour objectif premier de faire apprendre cette suite. Le chemin que nous indiquons devrait permettre à l'apprentissage de la file numérique orale d'arriver en son temps.

Le nombre est un outil pour résoudre un problème, communément appelé problème d'équipotence: Il s'agit d'aller chercher, de construire une collection équipotente à une autre collection, une collection qui a le même nombre d'éléments que ceux d'une autre collection.

Comme le mot nombre n'a pas encore de sens pour un élève, on utilise la situation pour faire comprendre le problème, il faut une situation mettant en jeu deux collections de nature différente et une relation sans ambiguité entre un élément de l'une et un élément de l'autre collection.

Il n'est pas si facile de créer de telles situations car de très nombreuses manipulations sont à faire et celles-ci peuvent être longues à éffectuer, mais il faut aussi prendre son temps.

Si vous pensez à une collection de crayons et à une collection de capuchons c'est bien, mais attention le décapuchonage des stylos peut prendre du temps quand il faut remettre les collections en place.

La gestion de ce type de problème est difficile: non seulement il faudra expliquer la consigne en plusieurs fois mais il faudra veiller aussi à bien faire comprendre aux élèves qu'ils ne peuvent pas faire des aller-retour pour aller chercher ce qu'il faut, ils ont droit à un essai et un seul. Si cela ne va pas, on recommence tout depuis le début.

Sans l'acceptation par les élèves de ce contrat, cette situation n'atteint pas son objectif.

                               

Certes il faut adapter la taille de la collection de référence, ici les bonhommes aux capacités des élèves:

  • si un élève ne sait pas compter jusqu'à cinq, on proposera une collection de 5 bonhommes.
  • si un élève ne sait pas compter jusqu'à sept, on proposera une collection de 7 bonhommes.

On choisira un nombre de bonhommes petit mais assez grand pour qu'un élève ne puisse en rendre compte par comptage.

Nous voulons faire comprendre le comptage et pour cela il ne faut pas que l'élève puisse compter.